Revenir en arrière

u0022L’impact social est la partie la plus importante de notre raison d’êtreu0022, déclare Patxi Casal, directeur d’Alzola Mineral Water

Patxi Casal Velaz, directeur de l’eau minérale Alzola, a ouvert les portes de la station thermale où se trouve l’usine pour nous parler de l’eau, de son histoire, des ressources naturelles et de l’importance de l’emballage de son produit. Découvrez tout cela dans cette interview intéressante :

Alzola, la meilleure eau du monde, comment faites-vous pour obtenir cette distinction ?

Le début de cette distinction a commencé en 2001 avec la première dégustation à l’aveugle du Millénaire des eaux minérales naturelles qui s’est tenue à Bilbao, où Alzola a reçu le premier prix.

À partir de ce moment, à la suite d’une réflexion interne, il a été décidé de s’engager sur la voie de la création d’une culture de l’eau, sous trois aspects fondamentaux ;

La première dans sa composition, tant en valeurs chimiques que physiques, démontrant depuis le XVIIIe siècle, à travers des études médicales nationales et internationales, sa valeur particulièrement compensée pour le traitement des maladies liées aux voies urinaires et au rein.

Deuxièmement, un processus de vulgarisation a été mis en place pour mettre en évidence son aspect social à l’échelle mondiale. Il ne faut pas oublier que les habitants de la Terre, qui sont situés entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne (une majorité), ont le plus grand problème de manquer d’eau potable pour la consommation, l’irrigation et les processus industriels. Ce manque d’eau pour la consommation a généré un problème, qui aujourd’hui encore n’est pas une priorité, provoquant les grandes famines qui se sont produites au XXe siècle et qui se sont multipliées au XXIe siècle, entraînant des migrations humaines massives dans cette région et donc une extrême pauvreté dans la plupart des pays actuellement touchés. La focalisation sur ce problème est l’un des axes que nous maintenons à Alzola, car nous pensons que, s’il n’est pas atténué de toute urgence, il sera le plus grand problème de la planète dans un avenir proche.

Et troisièmement, l’aspect environnemental, nous sommes conscients que l’un des problèmes actuels est l’épuisement des ressources naturelles, soit en raison de leur surexploitation, soit en raison de la pollution actuelle de l’environnement. De toute évidence, il s’agit d’un problème mondial qui touche tout le monde et il est probable que le point de non-retour a déjà été atteint, de sorte que le transfert de données objectives au public, sans parti pris, devient encore plus urgent, et c’est pourquoi nous travaillons constamment sur la culture de l’eau, sur les questions environnementales.

En 2015, nous avons fait venir l’association des consuls dans notre ancienne maison d’Alzola, où nous les avons informés de nos actions liées au fait d’être la meilleure eau du monde, afin qu’ils puissent les transmettre aux différents pays qu’ils représentent, et à partir de là, nous maintenons systématiquement le contact pour mener des actions spécifiques, basées sur la diffusion.

L’histoire d’Alzola est très ancienne, pouvez-vous nous en parler ?

Les débuts des thermes d’Alzola, en tant qu’établissement médical pour le traitement de maladies (principalement des reins et de l’estomac) grâce à son eau minérale naturelle, remontent à 1801, et ont été déclarés d’utilité publique en 1843.

Pendant des années, il a été étudié par les plus éminents médecins de l’époque, et a obtenu les plus hautes reconnaissances et récompenses de l’époque pour ses propriétés, à une époque où la médecine était profondément ancrée dans les établissements thermaux. Elle a reçu la médaille du mérite d’Alphonse XII, et plusieurs médailles lors des premières expositions universelles de Paris, Buenos Aires et Bogota.

Au XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe siècle (jusqu’à sa fermeture en tant qu’établissement thermal), il a été visité par toutes les personnalités de chaque époque, dont Alphonse XII lui-même, Napoléon III, Sagasta et presque tous les industriels pionniers de l’époque. Il a également inspiré plusieurs films de l’époque, et même le livre El Balneario, avec lequel Carmen Martín Gaite a remporté le prix Café Gijón en 1954.

Après sa fermeture en tant qu’établissement de santé, la commercialisation de l’eau Alzola a commencé sous forme de bouteille au niveau national, par le biais des pharmacies de l’époque, en tant que médicament pour soigner les problèmes rénaux et urinaires, jusqu’au XXe siècle, lorsqu’elle a reçu le premier prix du premier concours international de dégustation à l’aveugle du millénaire, ce qui a peut-être été la reconnaissance la plus importante de sa carrière pour devenir la meilleure eau du monde, comme nous l’avons mentionné plus haut.

Par la suite, en 2012, en raison de la crise mondiale, Alzola a connu une profonde dépression commerciale qui l’a amenée à effectuer des changements très importants, en changeant son nom en Alzola Basque Water et en réfléchissant à sa façon de faire à partir de ce moment-là.

L’eau de la source Alzola naît naturellement (sans exploitation artificielle de l’aquifère par des forages) à 28,5 degrés centigrades (elle est thermale) à une profondeur d’environ 800 mètres et après un voyage de 25 ans dans les entrailles du massif d’Izarraitz. C’est un miracle de la nature.

Quel rôle la numérisation joue-t-elle à Alzola ?

L’impact social est la partie la plus importante de notre raison d’être. Nous savons qu’une entreprise qui n’est pas engagée socialement n’aura pas sa place sur le marché à moyen et long terme. En fait, nous pouvons dire que toutes nos actions sont fondées sur la responsabilité sociale. Nous collaborons actuellement de manière continue avec quelque 120 associations de toutes sortes, enfance et jeunesse, santé, sport, environnement… et bien que nous pensions parfois leur consacrer plus de temps que nous ne le pouvons, la réalité est que chaque fois que l’on fait quelque chose pour la société avec simplicité et humilité, le retour est très grand.

Dans toute cette évolution, la numérisation a joué un rôle clé, notamment dans les processus de communication avec notre public.

Quelles sont les innovations qui ont le plus contribué à la marque ces dernières années ?

Outre les innovations sociales que nous avons mises en œuvre, la vérité est que le développement de l’emballage, dans ses différents formats, a été fondamental et, bien que nous n’ayons pas de gros budgets, il a souvent déterminé le succès de certains marchés sur lesquels nous sommes entrés. Nous sommes des pionniers dans certains d’entre eux, et en général, ils ont été très fructueux. 

Il est également important de comprendre que l’usine d’Alzola est très peu conventionnelle, du fait qu’elle est établie au sein même de la station thermale, dans ses anciennes maisons d’hôtel, et que, par conséquent, la mise en œuvre de son agencement atypique a souvent nécessité des innovations en matière de développement industriel.

Pensez-vous que les entreprises profitent des nouvelles opportunités commerciales offertes par le recyclage de leurs matériaux ou la production avec des matériaux recyclables ? 
En général, ce que nous savons, c’est qu’il y a beaucoup de discussions, mais peu de mise en œuvre pratique. La société est à l’écoute, mais il y a beaucoup d’informations confuses ou mal informées, ce qui rend difficile la réalisation d’actions avec des matériaux recyclés.

Il est également vrai que la société actuelle n’est pas disposée à payer pour un avenir plus durable, les diktats qui sont faits en public ne sont pas exécutés en privé, ce qui entraîne des contradictions et souvent d’énormes inefficacités.

D’autre part, la production avec des matériaux recyclés (à ne pas confondre avec recyclables) n’est souvent pas réalisable en raison de leur prix élevé et de leur faible disponibilité sur le marché, ainsi que du fait qu’en étudiant les cycles environnementaux associés, ils sont actuellement dans la plupart des cas plus nocifs que les matériaux vierges eux-mêmes. Il y a encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine jusqu’à ce que les produits et les connaissances des administrations et des utilisateurs soient égalisés par des données réelles qui conduisent à des pratiques industrielles réellement plus bénéfiques que les pratiques actuelles.

Les emballages d’Alzola sont 100% recyclables. Comment s’est déroulé le processus pour atteindre ces 100% ? Quelles difficultés avez-vous rencontrées en cours de route ?
Les entreprises qui sont au centre du débat sur l’utilisation des matières plastiques sont celles qui s’intéressent le plus aux bonnes pratiques durables. C’est pourquoi, depuis 2017, nous examinons régulièrement tous nos emballages et la meilleure façon de les adapter de manière durable.

L’année dernière, nous avons lancé sur le marché un produit appelé Ecobox, qui permet de réduire de 70 % les matériaux utilisés par litre d’eau et d’obtenir les meilleurs niveaux de durabilité de tous les emballages actuels, ce qui est très important.

Comment valorisez-vous les déchets générés par le processus de production ?

Dans la production d’eau minérale naturelle, il y a très peu de déchets industriels. Les déchets produits sont traités par des entreprises de gestion des déchets agréées.

Quels sont les défis pour l’avenir d’Alzola ?

L’avenir d’Alzola dépend de sa capacité à préserver sa source de toute difficulté. En d’autres termes, en 2012, elle était sur le point de disparaître, et c’est pour cette raison que nous sommes particulièrement sensibles à ce que, quelle que soit notre gestion, l’intégrité de la source Alzola ne soit pas mise en danger. Nous travaillons à la création d’une figure sociale de protection, dont nous espérons qu’en 2023, elle verra la lumière et pourra se conformer. Nous avions en fait prévu de le réaliser en 2022, mais les circonstances découlant des inondations de décembre 2021 ont perturbé les plans et ils ont dû être reportés.

Enfin, comment pensez-vous que ScrapAd peut contribuer à l’économie circulaire ?

ScrapAd, en tant que plateforme d’achat et de vente de ferraille, devrait être un moteur de l’économie circulaire, en offrant la sécurité et la vérification des matériaux et des agents impliqués dans les transactions, un espace qu’ils occupent de manière proéminente et très professionnelle.

Autres postes qui pourraient vous intéresser…

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour obtenir des données statistiques sur les habitudes de navigation de nos utilisateurs et améliorer nos services.
Vous pouvez accepter notre politique de cookies ou choisissez les cookies que vous souhaitez télécharger parmi les options.

Paramètres des cookies